UPMC Faces Class-Action Lawsuit Alleging Exploitation of Workers

UPMC fait face à une action collective alléguant l’exploitation des travailleurs

Une récente action collective a été déposée contre le géant de la santé UPMC, accusant l’organisation d’exploiter sa position dominante sur le marché en faisant baisser les salaires et en surchargeant les employés de travail. Selon la plainte, ces problèmes se sont aggravés à mesure que UPMC étend sa présence en Pennsylvanie, laissant ainsi aux patients et aux travailleurs de la santé moins d’alternatives et moins de concurrence.

L’action collective, lancée par l’infirmière Victoria Ross, vise à obtenir réparation pour les travailleurs de la santé qualifiés employés par UPMC depuis 1996. Basé à Pittsburgh, UPMC est le plus grand employeur non gouvernemental de Pennsylvanie et le 18e système hospitalier en importance du pays, générant 26 milliards de dollars de revenus annuels.

Selon la plainte, UPMC a réalisé une grande partie de sa croissance grâce à des pratiques anticoncurrentielles, en acquérant ou fusionnant avec d’autres fournisseurs de soins de santé et en imposant souvent des compressions ou des fermetures dans ces établissements. Au fil des ans, UPMC a fermé quatre hôpitaux et réduit la taille de plusieurs autres, ce qui a entraîné la suppression de plus de 350 lits et environ 1 367 emplois à temps plein.

Ces allégations rejoignent les revendications soulevées en 2023 par SEIU Healthcare Pennsylvania, qui a demandé au Département américain de la Justice d’enquêter sur d’éventuelles violations des lois fédérales du travail par UPMC.

La plainte soutient que la position dominante de UPMC sur le marché lui a permis de faire baisser les salaires des travailleurs. La plainte souligne même que les employés ont inventé le terme « You Pay Me Cheap » pour décrire la situation. De plus, la plainte affirme que UPMC augmente la charge de travail du personnel dans les communautés où elle domine le marché des soins de santé. Cette pratique compromet les conditions de travail et la qualité des soins.

Cependant, en raison de la présence significative de UPMC, les travailleurs de la santé dans de nombreuses régions ont du mal à trouver un emploi en dehors du système. Le manque d’alternatives viables force effectivement les travailleurs à accepter des conditions d’emploi défavorables, selon la plainte. De plus, l’action en justice affirme que UPMC a entravé les tentatives des travailleurs de demander de meilleures conditions, citant un faible taux d’adhésion syndicale et de nombreuses plaintes pour pratiques déloyales du travail.

La plainte allègue que UPMC exerce un contrôle sur ses travailleurs grâce à des clauses de non-concurrence et à la peur d’être mis sur liste noire pour de futures opportunités d’emploi. La structure salariale de l’organisation limite également la capacité des employés à augmenter leurs revenus en cherchant un emploi dans d’autres hôpitaux du réseau UPMC. Ce manque de mobilité professionnelle entrave l’avancement professionnel et la capacité de négocier de meilleures conditions de travail.

UPMC n’a pas encore répondu aux accusations et son porte-parole a refusé de commenter l’affaire. Cependant, UPMC a déjà déclaré qu’il n’existait pas de politique empêchant les employés d’être embauchés ailleurs et que leurs effectifs sont déterminés par les besoins des patients plutôt que par des ratios établis.

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact