Global Immunization Rates Still Lagging Behind Pre-Pandemic Levels, Highlighting Access and Cost Barriers

Taux mondiaux de vaccination toujours inférieurs aux niveaux d’avant la pandémie, mettant en évidence les barrières d’accès et de coût

Malgré les efforts déployés pour intensifier les campagnes de vaccination, les taux mondiaux de vaccination restent inférieurs aux niveaux d’avant la pandémie, avec des progrès inégaux selon les pays. Ces informations, communiquées par les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d’une séance du Conseil exécutif, soulignent les défis auxquels est confrontée la réalisation de l’Agenda de vaccination de l’OMS pour 2030.

Les vaccinations infantiles ont été particulièrement touchées, avec une augmentation du nombre d’enfants n’ayant reçu aucune dose de vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC). En 2022, on comptait 14,3 millions d’enfants sans aucune dose, dépassant le niveau de 12,9 millions en 2019. La région africaine a connu une augmentation de 25% du nombre d’enfants sans dose depuis 2019, atteignant 7,78 millions en 2022.

Bien qu’il y ait des développements positifs, tels que le déploiement à venir du vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) pour la prévention du cancer du col de l’utérus, les progrès en matière de vaccinations de routine restent insuffisants. L’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (Gavi) insiste sur l’urgence et l’ambition de réduire de 50% le nombre d’enfants sans dose d’ici 2030.

Les barrières d’accès et de coût continuent de entraver les efforts de vaccination. Plusieurs pays africains ont signalé des flambées de rougeole, les attribuant à un accès limité aux vaccins. Le représentant du Cameroun a souligné la nécessité de mécanismes de financement supplémentaires, tels que des subventions, des swaps de dette et des prêts de banques de développement, pour soutenir les programmes de vaccination en Afrique. Les pays à revenu intermédiaire ont également souligné le fardeau financier que représentent la hausse des coûts des vaccins.

Les conflits dans certaines régions, comme le Yémen et Gaza, exacerbent davantage les défis de la vaccination de routine. Au Yémen, où des groupes rebelles contrôlent une grande partie du pays, environ 14% des enfants de moins d’un an n’ont reçu aucune dose de vaccin. Le représentant du Yémen a exprimé des préoccupations concernant le manque de campagnes nationales de vaccination et les conséquences potentielles sur la santé des enfants.

Les efforts de lutte contre le cancer du col de l’utérus par le biais de la vaccination contre le HPV ont été discutés par plusieurs pays. Le Timor oriental a annoncé son intention de lancer la vaccination contre le HPV plus tard cette année, tandis que la Thaïlande a souligné l’importance de ne pas accorder une confiance excessive au vaccin, en mettant l’accent sur le dépistage du cancer du col de l’utérus et les comportements sexuels sécuritaires.

Bien que des progrès soient réalisés, la communauté mondiale doit surmonter les barrières d’accès et de coût pour garantir une couverture vaccinale équivalente aux niveaux d’avant la pandémie, assurant ainsi la santé et le bien-être des enfants du monde entier.

Questions fréquemment posées (FAQ) sur les taux mondiaux de vaccination

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact