New Proposal Aims to Expand Vaccination Access for Children in New Zealand

Proposition pour élargir l’accès à la vaccination des enfants en Nouvelle-Zélande

Les médecins généralistes en Nouvelle-Zélande sont en désaccord avec Pharmac concernant une proposition qui pourrait potentiellement permettre aux pharmaciens d’administrer un éventail plus large de vaccins aux enfants. Pharmac, l’agence gouvernementale de contrôle pharmaceutique, sollicite actuellement des commentaires sur la suppression de la restriction « Xpharm » qui empêche les pharmaciens d’administrer certains vaccins financés aux enfants.

La proposition vise à supprimer la restriction Xpharm pour les vaccins comprenant les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio, l’hépatite B, Haemophilus influenzae de type B, le pneumocoque (PCV13), le rotavirus et la varicelle pour les enfants à partir du 1er mars. Geraldine MacGibbon, directrice des produits pharmaceutiques chez Pharmac, estime que ce changement augmenterait efficacement les taux de vaccination des enfants dans tout le pays.

MacGibbon souligne que les pharmacies se sont déjà révélées être un moyen efficace pour les individus d’accéder aux vaccins tels que le COVID-19 et les vaccins contre la grippe, qui ne sont pas soumis à des restrictions. L’organisation Te Whatu Ora travaille en collaboration avec des leaders des secteurs de la pharmacie et de la médecine générale afin d’éliminer cette restriction.

D’un autre côté, l’organisation des médecins généralistes, GenPro, exprime des préoccupations selon lesquelles cette proposition néglige une opportunité de renforcer les fournisseurs de vaccination existants. Le Dr Angus Chambers, président de GenPro, fait valoir que les cliniques de médecine générale proposent des services complets pour les vaccinations infantiles, permettant ainsi d’identifier d’éventuels problèmes de développement ou de santé chez les enfants.

Tout en reconnaissant l’importance de la médecine générale, Alana Ewe-Snow, directrice de la prévention chez Te Whatu Ora, mentionne que des efforts seront déployés pour s’assurer que seules les personnes qui ne peuvent pas se rendre dans une clinique de médecine générale ou n’ont pas de médecin généraliste accèdent aux services de pharmacie pour les vaccinations infantiles. Ewe-Snow souligne que la levée de la restriction Xpharm n’est que la première étape et qu’un programme de formation est en cours de développement pour soutenir les pharmaciens qui souhaitent élargir leurs compétences en matière de vaccinations infantiles.

Pour donner son avis sur la suppression proposée de la restriction Xpharm, les individus peuvent envoyer un e-mail à [email protected] avant 17 heures le lundi 29 janvier 2024. Tous les commentaires reçus seront partagés avec Te Whatu Ora, contribuant ainsi au processus de prise de décision.

Foire aux questions (FAQ) – Proposition de Pharmac pour élargir les vaccinations pour enfants

Q: Quel est le désaccord actuel entre les médecins généralistes (GPs) et Pharmac en Nouvelle-Zélande ?
R: Il y a un désaccord concernant une proposition de Pharmac visant à supprimer la restriction « Xpharm », qui empêche les pharmaciens d’administrer certains vaccins financés aux enfants.

Q: Quels vaccins pourraient être impactés par la proposition ?
R: La proposition vise à lever la restriction Xpharm pour des vaccins comprenant les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio, l’hépatite B, Haemophilus influenzae de type B, le pneumocoque (PCV13), le rotavirus et la varicelle à partir du 1er mars.

Q: Qu’est-ce que Pharmac ?
R: Pharmac est l’agence gouvernementale de contrôle pharmaceutique en Nouvelle-Zélande.

Q: Quel est l’objectif de la proposition selon Pharmac ?
R: Pharmac estime que la levée de la restriction Xpharm augmenterait efficacement les taux de vaccination des enfants dans tout le pays.

Q: Qui travaille à la levée de la restriction ?
R: L’organisation Te Whatu Ora travaille en collaboration avec des leaders des secteurs de la pharmacie et de la médecine générale pour éliminer la restriction.

Q: Quelles sont les préoccupations exprimées par les médecins généralistes (GPs) ?
R: L’organisation des médecins généralistes, GenPro, est préoccupée par le fait que la proposition néglige une opportunité de renforcer les fournisseurs de vaccination existants. Ils font valoir que les cliniques de médecine générale proposent des services complets pour les vaccinations infantiles, permettant d’identifier d’éventuels problèmes de développement ou de santé chez les enfants.

Q: Comment sera abordée la question de l’accessibilité ?
R: Des efforts seront déployés pour s’assurer que seules les personnes qui ne peuvent pas se rendre dans une clinique de médecine générale ou n’ont pas de médecin généraliste accèdent aux services de pharmacie pour les vaccinations infantiles.

Q: Quelle autre mesure est prise en plus de supprimer la restriction Xpharm ?
R: Un programme de formation est en cours de développement pour soutenir les pharmaciens vaccinateurs qui souhaitent élargir leurs compétences en matière de vaccinations infantiles.

Q: Comment les individus peuvent-ils donner leur avis sur la proposition ?
R: Les individus peuvent envoyer un e-mail à [email protected] avant 17 heures le lundi 29 janvier 2024 pour donner leur avis sur la suppression proposée de la restriction Xpharm.

Définitions :
– Médecins généralistes (GPs) : Médecins qui fournissent des services de soins primaires aux individus.
– Pharmac : Agence gouvernementale de contrôle pharmaceutique en Nouvelle-Zélande.
– Xpharm : Une restriction qui empêche les pharmaciens d’administrer certains vaccins financés aux enfants.
– Te Whatu Ora : Une organisation travaillant à éliminer la restriction Xpharm en collaborant avec des leaders des secteurs de la pharmacie et de la médecine générale.

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact