Nouvelle technologie de génotypage révolutionne la détection des variants de la covid

Nouvelle technologie de génotypage révolutionne la détection des variants de la covid

Une étude révolutionnaire menée par l’Université de East Anglia et l’Agence britannique de sécurité sanitaire a révélé les capacités remarquables de la technologie de génotypage dans la détection des variants de la covid. Cette technique révolutionnaire permet une identification plus rapide et plus rentable des nouveaux variants par rapport aux méthodes traditionnelles de séquençage de génome complet.

Le professeur Iain Lake, chercheur principal de l’École des sciences de l’environnement de l’UEA, a souligné l’importance du génotypage pour détecter et communiquer rapidement les informations sur les variants de la covid aux professionnels de la santé en première ligne. Cela a accéléré la mise en œuvre de mesures locales de contrôle essentielles, notamment le traçage des contacts, pendant le pic de la pandémie.

En analysant les données de plus de 115 000 cas où des informations sur les variants étaient disponibles, l’équipe de recherche a démontré l’exactitude des résultats de génotypage. Les comparaisons entre le génotypage et le séquençage de génome complet ont montré que le génotypage détectait les variants connus de la covid six jours plus tôt, avec des résultats disponibles en seulement trois jours, contre neuf jours nécessaires pour le séquençage de génome complet.

L’un des avantages les plus significatifs du génotypage est sa capacité à multiplier par neuf la quantité d’échantillons testés pour les variants. Cela signifie qu’un nombre beaucoup plus important de personnes peuvent être dépistées pour de potentiels variants de la covid, ce qui permet la mise en place rapide de mesures de contrôle localisées telles que le traçage des contacts.

Le professeur Susan Hopkins, conseillère médicale en chef de l’UKHSA, a souligné le potentiel plus large du génotypage dans l’orientation des décisions en matière de santé publique et le contrôle des maladies à l’échelle mondiale, non seulement pour la covid mais également pour d’autres organismes chez les humains et les animaux. Cette technologie s’est avérée cruciale pendant la pandémie, et de nouvelles recherches et avancées dans ce domaine amélioreront notre capacité à répondre rapidement aux menaces émergentes pour la santé publique à l’avenir.

Le financement de cette recherche a été fourni par l’UKHSA et l’Unité de recherche sur la préparation et les interventions d’urgence du National Institute for Health and Care Research (NIHR). L’effort de collaboration a impliqué diverses institutions telles que BioClavis Ltd, Thermo Fisher Scientific, NHS Test and Trace, le ministère de la Santé et des Soins sociaux, le National Institute for Health and Care Research (NIHR), Alderley Lighthouse Labs Ltd et l’Université de Glasgow.

Publiée dans The Lancet Microbe, cette étude représente une percée majeure dans la lutte contre la covid et ouvre la voie à de futures avancées dans la technologie de génotypage pour le contrôle des maladies et la prise de décisions en matière de santé publique à l’échelle mondiale.

FAQ :

1. Quel est le principal objectif de l’étude menée par l’Université de East Anglia et l’Agence britannique de sécurité sanitaire ?
Le principal objectif de l’étude est de mettre en évidence les capacités remarquables de la technologie de génotypage dans la détection des variants de la covid et ses avantages par rapport aux méthodes traditionnelles de séquençage de génome complet.

2. Quels sont les avantages du génotypage par rapport au séquençage de génome complet en termes d’identification des variants de la covid ?
Le génotypage permet une identification plus rapide et plus rentable des nouveaux variants par rapport au séquençage de génome complet. Il peut détecter les variants connus de la covid six jours plus tôt, avec des résultats disponibles en trois jours seulement, contre neuf jours nécessaires pour le séquençage de génome complet. Le génotypage permet également de multiplier par neuf la quantité d’échantillons testés pour les variants, ce qui permet de dépister un plus grand nombre de personnes pour de potentiels variants de la covid.

3. Comment la technologie de génotypage bénéficie-t-elle à la prise de décisions en matière de santé publique et au contrôle des maladies ?
La technologie de génotypage a un potentiel plus large pour orienter la prise de décisions en matière de santé publique et le contrôle des maladies, non seulement pour la covid mais également pour d’autres organismes chez les humains et les animaux. Sa mise en œuvre peut aider à la communication rapide des informations sur les variants de la covid aux professionnels de la santé, ce qui conduit à la mise en place rapide de mesures de contrôle nécessaires telles que le traçage des contacts. Cette technologie améliore la préparation à réagir rapidement aux menaces émergentes pour la santé publique à l’avenir.

4. Quelles institutions et organisations ont participé à l’effort de collaboration pour cette recherche ?
L’effort de collaboration a impliqué diverses institutions telles que BioClavis Ltd, Thermo Fisher Scientific, NHS Test and Trace, le ministère de la Santé et des Soins sociaux, le National Institute for Health and Care Research (NIHR), Alderley Lighthouse Labs Ltd et l’Université de Glasgow.

5. Où l’étude a-t-elle été publiée ?
L’étude a été publiée dans The Lancet Microbe.

Définitions :

– Génotypage : Le processus d’analyse des informations génétiques d’un individu pour identifier des variations ou des variants génétiques spécifiques.
– Séquençage de génome complet : Une technique qui détermine la séquence complète de l’ADN du génome d’un organisme.

Liens connexes :

Université de East Anglia
Agence britannique de sécurité sanitaire
The Lancet Microbe

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact