New Therapeutic Targets Discovered for Cholangiocarcinoma: A Step Towards Improved Treatments

Nouveaux Objectifs Thérapeutiques Découverts pour le Cholangiocarcinome : Une Avancée vers des Traitements Améliorés

Une étude internationale a réalisé des progrès significatifs dans l’identification de nouveaux objectifs thérapeutiques pour le cholangiocarcinome (CCA), un cancer mortel des voies biliaires. Cette recherche, publiée dans la revue Gut, éclaire les mécanismes sous-jacents du développement du CCA et propose des inhibiteurs médicamenteux potentiels pour lutter contre cette maladie mortelle. Les résultats revêtent une importance particulière pour l’Asie du Sud-Est, où le cancer des voies biliaires est endémique.

Le CCA est répandu dans le nord-est de la Thaïlande, ainsi qu’au Laos et au Cambodge voisins. Dans cette région, il est principalement causé par une exposition à un parasite du foie appelé Douve du foie, qui peut être contractée en consommant du poisson cru ou insuffisamment cuit. De manière alarmante, l’incidence du CCA est également en augmentation à Taïwan, en Corée et en Chine, où d’autres facteurs tels que l’inflammation des voies biliaires, l’hépatite, les calculs biliaires ou l’exposition à l’acide aristolochique d’origine végétale peuvent contribuer à la maladie.

Alors que les cas de CCA continuent d’augmenter dans le monde entier, il est urgent de détecter la maladie tôt et de développer des traitements plus efficaces. Actuellement, la chimiothérapie est l’approche principale, avec la thérapie ciblée et l’immunothérapie comme options secondaires. Cependant, ces traitements ont une efficacité limitée, ce qui entraîne de mauvais pronostics pour la plupart des patients, avec des taux de survie à cinq ans de seulement 5%.

Reconnaissant le besoin pressant de nouvelles thérapies, une équipe de chercheurs provenant d’institutions prestigieuses telles que le Centre National du Cancer de Singapour, l’Ecole de Médecine Duke-NUS, l’Institut Génomique de Singapour de l’Agence pour la Science, la Technologie et la Recherche (A*STAR), l’Université Sun Yat-sen en Chine et l’Université Khon Kaen en Thaïlande, ont cherché à explorer la dysrégulation et les anomalies génomiques à l’origine de la formation du CCA.

Dans une étude précédente réalisée en 2017, la même équipe a identifié des sous-types distincts de CCA avec des causes, des mutations et des activités de l’ADN différentes. Partant de cette base, les chercheurs se sont penchés sur les activités des enhancers dans les différents sous-types de CCA. Les enhancers sont des séquences d’ADN régulatrices responsables de l’activation ou de la désactivation de gènes spécifiques. L’équipe a découvert que ces activités des enhancers sont contrôlées par des voies différentes, offrant ainsi des cibles potentielles pour les interventions médicamenteuses.

Notamment, le premier sous-type, associé au parasite de la Douve du foie, présentait une activité accrue dans la signalisation des œstrogènes. Le deuxième sous-type, sans rapport avec le parasite, présentait une activité accrue dans une voie liée au métabolisme. Enfin, le troisième sous-type, potentiellement lié à la consommation de plantes médicinales contenant de l’acide aristolochique, se caractérisait par des activités liées au système immunitaire.

De manière prometteuse, les chercheurs ont découvert que des traitements spécifiques ciblant ces voies distinctes inhibaient efficacement la croissance de ces sous-types de cancer dans des modèles expérimentaux. Les médicaments inhibant la MTOR, par exemple, ont montré leur efficacité contre le premier sous-type.

Cette étude révolutionnaire ouvre de nouvelles perspectives pour le développement de thérapies ciblées pour le CCA, ouvrant la voie à de meilleures options de traitement et, finalement, à de meilleurs pronostics pour les patients. En comprenant les voies sous-jacentes uniques dans les différents sous-types de CCA, les chercheurs peuvent adapter les traitements pour répondre aux mécanismes spécifiques de la croissance des tumeurs. Avec les avancées continues dans ce domaine, il y a de l’espoir pour un avenir où le CCA deviendra une maladie plus gérable.

Section FAQ

Q : Qu’est-ce que le cholangiocarcinome (CCA) ?
R : Le cholangiocarcinome (CCA) est un cancer mortel des voies biliaires.

Q : Où le CCA est-il le plus répandu ?
R : Le CCA est le plus répandu dans le nord-est de la Thaïlande, ainsi qu’au Laos et au Cambodge voisins. Il est également en augmentation à Taïwan, en Corée et en Chine.

Q : Qu’est-ce qui cause le CCA en Asie du Sud-Est ?
R : En Asie du Sud-Est, le CCA est principalement causé par une exposition à un parasite du foie appelé Douve du foie, qui peut être contractée en consommant du poisson cru ou insuffisamment cuit.

Q : Quels sont les autres facteurs qui contribuent au CCA dans d’autres régions ?
R : Dans des régions comme Taïwan, la Corée et la Chine, d’autres facteurs tels que l’inflammation des voies biliaires, l’hépatite, les calculs biliaires ou l’exposition à l’acide aristolochique d’origine végétale peuvent contribuer au CCA.

Q : Quels sont les traitements actuels pour le CCA ?
R : Actuellement, la chimiothérapie est l’approche principale pour le traitement du CCA, avec la thérapie ciblée et l’immunothérapie comme options secondaires.

Q : Quelles sont les limites des traitements actuels ?
R : Les traitements actuels ont une efficacité limitée, ce qui entraîne de mauvais pronostics pour la plupart des patients, avec des taux de survie à cinq ans de seulement 5%.

Q : Quel était l’objectif des chercheurs dans cette étude ?
R : Les chercheurs visaient à explorer la dysrégulation et les anomalies génomiques à l’origine de la formation du CCA.

Q : Que révélait l’étude précédente de la même équipe ?
R : L’étude précédente de la même équipe avait identifié des sous-types distincts de CCA avec des causes, des mutations et des activités de l’ADN différentes.

Q : Qu’ont découvert les chercheurs sur les activités des enhancers dans les sous-types de CCA ?
R : Les chercheurs ont découvert que les activités des enhancers dans les sous-types de CCA sont contrôlées par des voies différentes, qui peuvent être des cibles potentielles pour les interventions médicamenteuses.

Q : Quelles étaient les caractéristiques des différents sous-types de CCA ?
R : Le premier sous-type, associé au parasite de la Douve du foie, présentait une activité accrue dans la signalisation des œstrogènes. Le deuxième sous-type, sans rapport avec le parasite, présentait une activité accrue dans une voie liée au métabolisme. Le troisième sous-type, potentiellement lié à la consommation de plantes médicinales contenant de l’acide aristolochique, se caractérisait par des activités liées au système immunitaire.

Q : Les chercheurs ont-ils trouvé des traitements spécifiques qui ont inhibé efficacement la croissance de ces sous-types de cancer dans des modèles expérimentaux ?
R : Oui, les chercheurs ont trouvé des traitements spécifiques ciblant les voies distinctes des sous-types de CCA qui ont efficacement inhibé leur croissance dans des modèles expérimentaux. Par exemple, les médicaments inhibant la MTOR ont montré leur efficacité contre le premier sous-type.

Liens suggérés :
– Gut Journal : [lien vers le journal Gut]
– Vidéo complémentaire : [lien vers la vidéo]

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact