The Impact of Menstrual Cycles on Mental Health: Exploring Risk Factors

L’impact des cycles menstruels sur la santé mentale : Exploration des facteurs de risque

Une récente étude de l’Université de l’Illinois à Chicago a mis en lumière l’influence des cycles menstruels sur le risque de suicide au quotidien. Alors qu’il est depuis longtemps reconnu que les changements hormonaux pendant le cycle menstruel peuvent affecter l’humeur, cette recherche approfondit la corrélation entre l’idéation suicidaire et le cycle menstruel.

Plutôt que de se fier à des anecdotes individuelles, l’étude menée par la psychologue clinicienne Jaclyn Ross et l’étudiante en doctorat Jordan Barone a cherché à établir des preuves concrètes concernant le moment des pensées et des comportements suicidaires pendant le cycle menstruel. Les résultats ont révélé que l’idéation suicidaire et la planification atteignaient leur pic dans les jours précédant et les premiers jours des règles menstruelles.

Contrairement à la croyance populaire, l’étude n’a pas attribué ces fluctuations à des niveaux élevés ou bas d’hormones. Au contraire, elle suggère que certaines personnes possèdent des cerveaux particulièrement sensibles aux changements aigus de progestérone et d’œstrogène. Ces fluctuations aiguës, plutôt que des niveaux hormonaux constants, semblent jouer un rôle clé dans le déclenchement de telles émotions.

Comprendre ces profils de risque individuels est crucial pour fournir un soutien clinique efficace. Ross souligne l’importance du suivi quotidien pour identifier les symptômes spécifiques qui alimentent les pensées suicidaires. En surveillant de près le cycle menstruel et ses facteurs de risque associés, les prestataires de soins de santé peuvent intervenir en conséquence et offrir les interventions appropriées.

Il est également crucial de sensibiliser les jeunes filles ou les personnes qui ont leurs règles pendant leur adolescence ou au début de leur puberté. En les éduquant sur ces schémas dès leur plus jeune âge, nous pouvons les encourager à reconnaître et à aborder tous les risques potentiels pour leur santé mentale.

N’oubliez pas, si vous-même ou quelqu’un que vous connaissez avez des pensées suicidaires, il est essentiel de demander de l’aide et du soutien. Contactez la Ligne nationale de prévention du suicide et des crises au 988, où des professionnels formés sont disponibles pour vous aider. Vous n’avez pas à affronter cela seul, le soutien est juste à un appel ou un SMS de distance.

FAQs :

1. Sur quoi la récente étude de l’Université de l’Illinois à Chicago s’est-elle concentrée ?

L’étude s’est concentrée sur l’influence des cycles menstruels sur le risque de suicide au quotidien, en examinant spécifiquement la corrélation entre l’idéation suicidaire et le cycle menstruel.

2. Qu’a découvert l’étude concernant le moment des pensées et des comportements suicidaires pendant le cycle menstruel ?

L’étude a révélé que l’idéation suicidaire et la planification atteignaient leur pic dans les jours précédant et les premiers jours des règles menstruelles.

3. Qu’a suggéré l’étude comme cause de ces fluctuations dans les pensées et les comportements suicidaires ?

Contrairement à la croyance populaire, l’étude n’a pas attribué ces fluctuations à des niveaux élevés ou bas d’hormones. Au lieu de cela, elle suggère que certaines personnes possèdent des cerveaux particulièrement sensibles aux changements aigus de progestérone et d’œstrogène.

4. Comment les prestataires de soins de santé peuvent-ils fournir un soutien clinique efficace en se basant sur ces résultats ?

Comprendre les profils de risque individuels grâce à un suivi quotidien est crucial. En surveillant de près le cycle menstruel et ses facteurs de risque associés, les prestataires de soins de santé peuvent intervenir en conséquence et offrir les interventions appropriées.

5. Quelle est l’importance de sensibiliser les jeunes filles ou les personnes qui ont leurs règles pendant leur adolescence ou au début de leur puberté ?

Sensibiliser aux schémas entre les cycles menstruels et la santé mentale peut permettre aux jeunes de reconnaître et d’aborder les risques potentiels pour leur bien-être mental.

Définitions :

– Cycle menstruel : Le processus récurrent chez les femmes comprenant la maturation et la libération d’un ovule, ainsi que l’épaississement de la paroi de l’utérus en préparation à une éventuelle grossesse, et son rejet ultérieur en cas de non-grossesse.

– Idéation suicidaire : Des pensées ou une préoccupation concernant le suicide, incluant souvent des plans ou des méthodes spécifiques.

– Comportements suicidaires : Des actions ou comportements indiquant l’intention d’un individu de se faire du mal, susceptible de conduire à la mort.

– Progestérone : Une hormone qui joue un rôle essentiel dans la régulation du cycle menstruel et la préparation de l’utérus à la grossesse.

– Œstrogène : Un groupe d’hormones qui jouent un rôle clé dans le développement et la régulation du système reproducteur féminin et des caractéristiques sexuelles secondaires.

Liens connexes suggérés :

– National Institute of Mental Health – Suicide Prevention (en anglais)

– Crisis Text Line (en anglais)

– Organisation mondiale de la santé – Prévention du suicide

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact