Scientists Discover New Method for Tracking Brain Cell Inhibition

Les scientifiques découvrent une nouvelle méthode pour suivre l’inhibition des cellules cérébrales

Les scientifiques de Scripps Research ont réalisé une percée dans la compréhension des schémas d’activité des cellules cérébrales en développant une nouvelle technique pour suivre quand les neurones s’éteignent. Ce processus, appelé inhibition, est crucial pour étudier le fonctionnement normal du cerveau et rechercher comment il peut être perturbé dans différentes maladies et troubles.

Traditionnellement, les scientifiques se sont concentrés sur l’observation du moment où différents groupes de cellules cérébrales s’allument pour comprendre les schémas d’activité. Cependant, comprendre quand et comment les neurones s’éteignent est tout aussi important. L’équipe de Scripps Research a maintenant trouvé un moyen d’étudier ce processus de manière plus traçable.

La technique, publiée dans Neuron, utilise l’optogénétique, une méthode permettant de contrôler l’activité des cellules à l’aide de la lumière. En activant et en inhibant à plusieurs reprises les cellules cérébrales, les scientifiques ont pu mesurer les niveaux et les caractéristiques de différentes protéines et de leurs modifications. Ils ont découvert qu’une protéine appelée pyruvate déshydrogénase (PDH) subit des changements rapides immédiatement après l’inhibition des cellules cérébrales.

PDH est impliqué dans la production d’énergie lorsque les neurones sont actifs, mais le cerveau conserve de l’énergie en éteignant rapidement cette protéine lorsque les cellules ont terminé leur activité. Les chercheurs ont découvert que les cellules ajoutent des marques moléculaires appelées phosphates à PDH pour la désactiver. Ils ont pu identifier des anticorps qui reconnaissent spécifiquement cette forme inactive et phosphorylée de PDH (pPDH).

Cette découverte ouvre de nouvelles possibilités pour étudier l’inhibition des cellules cérébrales et son rôle dans diverses conditions neurologiques telles que la dépression, le trouble de stress post-traumatique et la maladie d’Alzheimer. En comprenant comment les « interrupteurs » du cerveau dysfonctionnent dans ces troubles, les chercheurs pourraient développer des interventions et des traitements ciblés.

Dans l’ensemble, cette nouvelle méthode offre des aperçus précieux sur le fonctionnement du cerveau et ouvre la voie à de nouvelles investigations sur les processus complexes de l’inhibition et de l’activation des cellules cérébrales.

FAQ

1. Quelle percée ont réalisée les scientifiques de Scripps Research ?
Les scientifiques de Scripps Research ont réalisé une percée dans la compréhension des schémas d’activité des cellules cérébrales en développant une nouvelle technique pour suivre quand les neurones s’éteignent.

2. Pourquoi le processus d’extinction des neurones est-il important ?
Le processus d’extinction des neurones, appelé inhibition, est crucial pour étudier le fonctionnement normal du cerveau et rechercher comment il peut être perturbé dans différentes maladies et troubles.

3. Quelle méthode les scientifiques ont-ils utilisée pour suivre l’extinction des neurones ?
Les scientifiques ont utilisé une méthode appelée optogénétique, qui permet de contrôler l’activité des cellules en utilisant la lumière.

4. Quelle protéine subit des changements rapides lorsque les cellules cérébrales sont inhibées ?
La protéine appelée pyruvate déshydrogénase (PDH) subit des changements rapides immédiatement après l’inhibition des cellules cérébrales.

5. Comment le cerveau conserve-t-il de l’énergie ?
Le cerveau conserve de l’énergie en éteignant rapidement la protéine PDH lorsque les cellules ont terminé leur activité.

6. Quelles marques moléculaires sont ajoutées à PDH pour la désactiver ?
Des marques moléculaires appelées phosphates sont ajoutées à PDH pour la désactiver.

7. Quelles conditions neurologiques peuvent être étudiées à l’aide de cette nouvelle technique ?
Cette découverte ouvre de nouvelles possibilités pour étudier l’inhibition des cellules cérébrales et son rôle dans diverses conditions neurologiques telles que la dépression, le trouble de stress post-traumatique et la maladie d’Alzheimer.

8. Comment cette recherche peut-elle avoir un impact sur l’avenir des traitements ?
En comprenant comment les « interrupteurs » du cerveau dysfonctionnent dans les troubles neurologiques, les chercheurs pourraient développer des interventions et des traitements ciblés.

Définitions :
– Inhibition : Le processus d’extinction des neurones.
– Optogénétique : Une méthode permettant de contrôler l’activité des cellules en utilisant la lumière.
– Pyruvate déshydrogénase (PDH) : Une protéine impliquée dans la production d’énergie dans les neurones.

Liens suggérés :
– Scripps Research

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact