Study Identifies Significant Visual Changes in Early-Onset Alzheimer’s

Étude Identifie les Importantes Changements Visuels dans la Maladie d’Alzheimer à Début Précoce

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs internationaux, dirigée par l’UC San Francisco, a mis en lumière l’ensemble déroutant de symptômes visuels qui se manifestent comme les premiers signes de la maladie d’Alzheimer. Appelée atrophie corticale postérieure (ACP), cette condition affecte environ 10% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Contrairement aux études précédentes, qui indiquaient que 70% des personnes atteintes de perte de mémoire présentaient une pathologie de la maladie d’Alzheimer, l’étude a révélé que 94% des patients atteints d’ACP présentaient une pathologie de la maladie d’Alzheimer. Les 6% restants étaient atteints d’autres affections telles que la maladie des corps de Lewy et la dégénérescence lobaire fronto-temporale. Ces résultats soulignent le lien étroit entre l’ACP et la maladie d’Alzheimer.

Contrairement aux personnes atteintes de problèmes de mémoire couramment associés à la maladie d’Alzheimer, celles atteintes d’ACP ont des difficultés avec les tâches visuo-spatiales, notamment la perception de la profondeur, la différenciation des objets en mouvement et immobiles, ainsi que l’écriture et la récupération d’objets tombés, même après avoir réussi un examen ophtalmologique normal. Les chercheurs ont également découvert que bien que la plupart des patients atteints d’ACP aient initialement une fonction cognitive normale, ils développent finalement une démence légère ou modérée caractérisée par des déficits de la mémoire, des fonctions exécutives, du comportement, de la parole et du langage.

L’étude, qui comprend des données provenant de plus de 1 000 patients dans 16 pays, a également révélé des caractéristiques neuropsychologiques spécifiques de l’ACP au moment du diagnostic. Environ 61% des patients présentaient une dyspraxie constructive, une incapacité à copier ou construire des diagrammes de base ; 49% avaient des difficultés de perception de l’espace et d’identification des emplacements des objets, connues sous le nom de « déficit de perception de l’espace » ; et 48% présentaient des difficultés de traitement visuel simultané appelées « simultanagnosie ». De plus, 47% rencontraient des difficultés avec les calculs mathématiques de base, tandis que 43% avaient des difficultés de lecture.

Ces résultats mettent en évidence la nécessité d’une sensibilisation accrue et d’outils améliorés dans les milieux cliniques pour aider à l’identification précoce de l’ACP. Malheureusement, les patients consultent souvent des optométristes pour des symptômes visuels, qui peuvent ne pas reconnaître les signes de l’ACP. Il est donc crucial que les cliniciens disposent des ressources nécessaires pour identifier les patients atteints d’ACP et fournir rapidement un traitement approprié.

Il convient de mentionner que les patients atteints d’ACP peuvent bénéficier d’une identification précoce en raison de ses implications potentielles pour le traitement de la maladie d’Alzheimer. Renaud La Joie, Ph.D., co-premier auteur de l’étude, a expliqué que les patients atteints d’ACP présentaient des niveaux similaires d’amyloïde et de tau, des biomarqueurs associés à la maladie d’Alzheimer, par rapport aux patients atteints d’Alzheimer typique. Ainsi, les patients atteints d’ACP pourraient être candidats à des thérapies anti-amyloïde et anti-tau, qui se sont révélées efficaces aux premiers stades de la maladie.

En conclusion, cette étude met en évidence l’importance de reconnaître et de comprendre l’ACP, non seulement pour améliorer les soins aux patients, mais aussi pour dévoiler les mécanismes sous-jacents de la maladie d’Alzheimer. Reconnaître le ciblage distinct des zones visuelles, plutôt que des zones de mémoire, par la maladie d’Alzheimer pourrait fournir des informations précieuses pour la recherche future. De plus, il est crucial d’explorer pourquoi les femmes représentent la majorité des cas d’ACP, car cela pourrait éclairer les facteurs de susceptibilité impliqués dans la maladie.

Questions Fréquemment Posées (FAQ) sur l’Atrophie Corticale Postérieure (ACP) et la Maladie d’Alzheimer :

1. Qu’est-ce que l’atrophie corticale postérieure (ACP) ?
L’atrophie corticale postérieure est une condition qui affecte environ 10% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Contrairement aux problèmes de mémoire couramment associés à la maladie d’Alzheimer, les personnes atteintes d’ACP ont des difficultés avec les tâches visuo-spatiales, la perception de la profondeur, la différenciation des objets en mouvement et immobiles, l’écriture et la récupération d’objets tombés, même après avoir réussi un examen ophtalmologique normal.

2. Quel pourcentage de patients atteints d’ACP présente une pathologie de la maladie d’Alzheimer ?
L’étude révolutionnaire a révélé que 94% des patients atteints d’ACP présentaient une pathologie de la maladie d’Alzheimer. Les 6% restants ont été diagnostiqués avec d’autres affections telles que la maladie des corps de Lewy et la dégénérescence lobaire fronto-temporale.

3. Quelles sont les caractéristiques neuropsychologiques spécifiques de l’ACP ?
L’étude a constaté qu’environ 61% des patients atteints d’ACP présentaient une dyspraxie constructive, 49% avaient des difficultés de perception de l’espace et d’identification des emplacements d’objets, et 48% rencontraient des difficultés de traitement visuel simultané appelées « simultanagnosie ». De plus, 47% rencontraient des difficultés avec les calculs mathématiques de base, tandis que 43% avaient des difficultés de lecture.

4. Comment peut-on identifier et diagnostiquer précocement l’ACP ?
Une sensibilisation accrue et de meilleurs outils dans les milieux cliniques sont nécessaires pour l’identification précoce de l’ACP. Il est crucial que les cliniciens disposent des ressources nécessaires pour reconnaître les symptômes de l’ACP et fournir rapidement un traitement approprié. Les optométristes ne reconnaissent pas toujours les signes de l’ACP, il est donc important que les cliniciens soient informés de cette condition.

5. Quelles sont les implications potentielles de l’identification précoce de l’ACP pour le traitement de la maladie d’Alzheimer ?
Les patients atteints d’ACP présentent des niveaux similaires d’amyloïde et de tau, des biomarqueurs associés à la maladie d’Alzheimer, par rapport aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer typique. Cela suggère que les patients atteints d’ACP pourraient être candidats à des thérapies anti-amyloïde et anti-tau, qui se sont révélées efficaces aux premiers stades de la maladie.

6. Pourquoi est-il important de comprendre et de reconnaître l’ACP ?
Comprendre et reconnaître l’ACP est crucial pour améliorer les soins aux patients et dévoiler les mécanismes sous-jacents de la maladie d’Alzheimer. Cela met en évidence le ciblage distinct des zones visuelles, plutôt que des zones de mémoire, par la maladie d’Alzheimer et fournit des informations précieuses pour la recherche future. De plus, explorer pourquoi les femmes représentent la majorité des cas d’ACP pourrait éclairer les facteurs de susceptibilité impliqués dans la maladie.

Définitions :
– Atrophie corticale postérieure (ACP) : Une condition qui affecte environ 10% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, caractérisée par des symptômes visuels et des difficultés dans les tâches visuo-spatiales.
– Pathologie de la maladie d’Alzheimer : Changements anormaux dans le cerveau, y compris la présence de plaques d’amyloïde et de nouilles tau, associés à la maladie d’Alzheimer.
– Maladie des corps de Lewy : Un trouble cérébral progressif qui entraîne un déclin de la pensée, de la mémoire et du mouvement, causé par l’accumulation de dépôts anormaux de protéines appelés corps de Lewy.
– Dégénérescence lobaire fronto-temporale : Un groupe de troubles caractérisés par la dégénérescence progressive des lobes frontal et temporal du cerveau, entraînant des changements de comportement, de personnalité ou de langage.

Liens connexes suggérés :
– Alzheimer’s Association (en anglais)
– UC San Francisco (en anglais)
– PubMed (pour accéder à des articles de recherche connexes)

All Rights Reserved 2021
| .
Privacy policy
Contact